Hors Christine Arron

Publié le par Sébastien

9 septembre 2006

Powell, roi sans couronne

Powell, roi sans couronne
 
 
 

A Stuttgart, lors de la Finale Mondiale, Asafa Powell va tenter de courir sous les 9"77. Un record qu'il détient, pour l'instant, conjointement avec Justin Gatlin. Et la présence de Tyson Gay pourrait aider le Jamaïcain dans sa quête.

Il doit y penser à chaque fois qu'il se lève. En l'absence de grands championnats, Asafa Powell n'a qu'un but cette année : devenir l'unique homme le plus rapide de la planète. Possédant conjointement le record du monde du 100m (9"77) avec l'Américain Justin Gatlin, suspendu huit ans pour un contrôle antidopage positif à la testostérone depuis peu et qui devrait perdre son chrono, le Jamaïcain sait qu'il est seul dans sa discipline. Le Caribéen a conscience également que le 100m actuel ne connaît pas la période la plus faste de son histoire. La faute à une concurrence bien en dessous du niveau affiché par Powell.

A 23 ans, le meilleur sprinteur du monde n'a néanmoins pas un palmarès digne de son potentiel. Visiblement diminué par la pression dans les grands championnats, l'homme a grandi. Et semble capable désormais de briller dans les rendez-vous qui en valent le coup. En 2006, en Golden League, Powell n'a pas laissé grand chose à ses adversaires. Six courses, six victoires. Et surtout six temps sous les 10 secondes. Cette année, le Jamaïcain a couru d'ailleurs à onze reprises sous cette barrière et reste sur 15 victoires consécutives. Sans rival...

Powell, Wariner and co...

Mais le sprinteur semble avoir trouvé un nouvel adversaire, capable de le titiller et de le porter vers ce record du monde : l'Américain Tyson Gay, auteur d'un 9"84 plein de promesses cette année. "Si Tyson devait prendre un bon départ, ça pourrait m'inciter à aller plus vite", remarque Powell. "Et puis ce qui m'était arrivé à Bruxelles (départ catastrophique) m'a donné un boost énorme. Je sais que je peux perdre deux mètres et rattraper mes rivaux". A Stuttgart, le Jamaïcain ne pensera qu'au sésame et explique sa réussite cette saison par un gros travail à l'entraînement : "Si je parviens à enchaîner les performances, c'est parce que j'ai travaillé très dur cette année et que je me suis fixé un objectif ambitieux".

A Stuttgart, ils seront 41 athlètes, soit détenteurs de records du monde, soit médaillés d'or olympiques et/ou mondiaux. Un plateau de rêve dont se félicite Lamine Diack, le président de l'IAAF. L'épreuve devrait d'ailleurs se dérouler à guichet complet : 40 000 spectateurs sont attendus autour de la piste verte du Daimler Stadium. D'autres stars sont attendus : sur 400m, les Américains Jeremy Wariner et Sanya Richards, eux-aussi invaincus en Golden League cette année, tenteront de conserver leur invincibilité. Dans les épreuves de fond, le 5000m messieurs, avec Kenenisa Bekele, et le 5000m dames, avec Tirunesh Dibaba et Meseret Defar, tous Ethiopiens, vaudront leur pesant de lingot.

Publié dans Hors Christine Arron

Commenter cet article