Hors Christine Arron

Publié le par Sébastien

7 septembre 2006

Jones est blanchie

Jones est blanchie
 
 
 
La contre-expertise de l'échantillon B de la sprinteuse américaine Marion Jones, contrôlée positive en août, n'a révélé aucune trace de substance prohibée et est donc négative. Des traces d'EPO avaient été décelées dans l'échantillon A, prélevé en juin lors aux championnats des Etats-Unis.

Le "B" ne risque-t-il pas de faire plus parler de lui que le "A" ? La sprinteuse américaine Marion Jones, contrôlée positive en août, respire. L'analyse de l'échantillon "B" prélevé sur la Californienne n'a révélé aucune trace de substance interdite. Des traces d'érythropoiétine, plus singulièrement connue sous le nom d'EPO, avaient été découvertes dans le "A" le 23 juin dernier, lors des Trials US d'Indianapolis, qui avaient couronné la triple championne olympique sur 100m.

 

Mais l'information n'avait été révélée que qu'en août. Marion Jones, qui s'alignait au meeting de Zurich, quatrième opus de la Golden League, avait disparu subitement, prétextant des soucis personnels, quelques heures seulement avant le 100m de l'épreuve suisse. L'athlète, qui fêtera ses 31 ans le 12 octobre prochain, était alors rentrée discrètement aux Etats-Unis. "Je suis absolument ravie", a déclaré Marion Jones dans un communiqué après la "bonne nouvelle". Avant de rajouter :"J'ai toujours maintenu que je n'avais pas pris de produits aidant à la performance et je suis heureuse que le processus scientifique ait montré ce fait. Je suis impatiente de revenir sur la piste".

Annulation de tous les procédures disciplinaires

Régulièrement évoquée dans l'affaire BALCO, la sprinteuse voit, avec ce résultat négatif de l'échantillon B, l'annulation de toutes les procédures disciplinaires contre elle. L'Agence anti-dopage américaine et la Fédération américaine (USATF) n'avaient jamais officiellement confirmé l'information du contrôle positif de l'athlète mariée puis divorcée du lanceur de poids CJ Hunter et du sprinteur Tim Montgomerie, tombés tous les deux depuis pour dopage...

L'un de ses compatriotes, Justin Gatlin, contrôlé positif en avril à la testostérone, n'a pas connu le même "sort" et a été suspendu de toute compétition pour une durée de huit ans après avoir scellé un arrangement avec l'USADA. Perdant au passage son record du monde (9"77) qu'il détenait conjointement avec le Jamaïcain Asafa Powell. Grâce à cette contre-expertise négative, Marion Jones, régulièrement mise en cause par notre Christine Arron nationale, conserve tous ses temps de l'année, son titre national sur 100m d'Indianapolis et sa victoire en Golden League au Stade de France.

Une décision qui prive également Sherone Simpson d'une partie du jackpot. En cas de suspension de Jones, la Jamaïcaine se serait vu adjuger un cinquième succès cette année en Golden League. Visiblement, cette disculpation n'arrange que la principale intéressée...

 

Publié dans Hors Christine Arron

Commenter cet article