Interview

Publié le par Sébastien

28 juillet 2007

Caristan : "Je ne suis pas surpris"

 

"Je ne suis pas surpris"

 

Stéphane Caristan, l'entraîneur de Christine Arron et consultant sur Eurosport, est revenu sur la performance de la sprinteuse tricolore en Principauté (11"06). L'ancien hurdler reconnait que la recordwoman d'Europe (10"73), qui ira à Osaka dans un mois, n'a pas atteint le top de sa forme.

 

STEPHANE CARISTAN, votre sprinteuse Christine Arron a réalisé un chrono de 11"06 à Monaco. Soit la 9e performance mondiale de la saison. Rassurant ?

S.C. : Non. Non, car je n'avais pas besoin d'être rassuré. J'étais surtout content pour elle. Je connais la valeur de Christine. Je la sentais capable de courir à ce niveau. Je ne suis donc pas surpris. Son objectif, c'est de courir une finale mondiale. Atteindre les minima ne peut pas être un objectif en soi. De son côté, elle est ravie évidemment d'avoir signé cette performance, d'avoir fait cette course dans son stade fétiche, face à des adversaires de ce niveau. Après Paris (6e en 11"34), elle avait été un peu enterrée par certaines de ces filles-là.

Elle n'avait plus couru aussi vite depuis septembre 2005 (10"93). C'était déjà à Monaco à l'époque. Qu'avez-vous trouvé de particulièrement positif dans sa course ?

S.C. : Son 100m dans sa globalité me convient. En l'état actuel des choses, j'espérais un chrono entre 11"03 et 11"12. Après, 11"15, je pense que c'était un chrono minimum qu'elle était capable d'atteindre avec un peu plus de fraîcheur que ses dernières sorties. 11"06, c'est donc très positif.

Malgré un départ sur la retenue...

S.C. : Lors des dernières courses, elle s'était souvent bien élancée des starting-blocks. De nombreuses personnes ont souvent critiqué les départs de Christine. Mais dans cet exercice, elle s'en sort plutôt bien à mes yeux. A côté d'elle, l'Américaine Carmelita Jeter a fait le départ de sa vie (-0.103). A Strasbourg, Christine a prouvé qu'elle n'était pas loin des meilleures à ce jeu-là. Après, on sait ce qui s'est passé (éliminée pour faux-départ). Maintenant, il faudra tout de même faire des meilleurs départs que celui de Monaco (-0.175) lors des prochaines compétitions.

Et puis il y a eu cette accélération aux 60 mètres...

S.C. : Oui, comme à Reims, elle a su reproduire cette accélération. Il y a une semaine, c'était peut-être un peu plus tôt. Le plateau était également différent. Avant la course, je l'avais prévenu : sors de cette course avec la banane. A l'arrivée, c'est ce qui s'est produit. Quand elle a voulu accélérer, elle a pu. Et ça, c'est bien.

Où en est Christine de ses problèmes de sommeil ?

S.C. : D'après ce que je sais, cela va un peu mieux. Mais il faut savoir, qu'elle voit parfois deux fois par jour, cinq fois par semaine des médecins, des kinés et j'en passe et des meilleurs. Elle a dû rajouter à cela une visite d'un spécialiste du sommeil. Cela l'empêche évidemment de s'entraîner comme elle voudrait le faire. Elle doit aussi prendre un médicament pour mieux dormir. En ce moment, elle passe des nuits plus convenables. Elle récupère mieux, et ça se voit, non ?

On est à un mois du début des Mondiaux. Quel est son programme dans les semaines à venir ?

S.C. : Il y a d'abord les Championnats de France de Niort dans huit jours. Nous n'avons pas fixé d'objectif chronométrique. Si les minima n'avaient pas été décrochés à Monaco, elle aurait couru à Niort pour les atteindre. Ce n'est plus le cas, donc elle va continuer de se tester avec trois tours sur 100m, ou trois tours sur 200m. Elle fera peut-être les deux. Christine ne devrait pas aller à Castres (11 août). Le meeting de La Chaux-de-Fonds (12 août) devrait être sa dernière course avant le départ pour Osaka le 16 août.

Publié dans Interview

Commenter cet article