Interview

Publié le par Sébastien

9 juillet 2007

Arron : "Je manque de fraîcheur"

Christine Arron n’a pris que la sixième place du 100m du meeting Golden League de Paris St-Denis, vendredi. Avec un chrono de 11.34, la Française, qui n’a pas prévu d’aller à Lausanne, devra patienter avant de décrocher les minima pour les Mondiaux Osaka.

CHRISTINE ARRON, votre sentiment sur ce 100m ?

C.A. : J'étais très contente déjà de courir à Paris. Ce n'était pas facile. Je me suis dit que je devais me lancer. Je suis venu, j'ai couru. J'espérais être un peu sur ma fin de course. Il me manque de la vitesse, de la fraîcheur. J'étais à la lutte avec les autres, mais je n'ai pas pu accélérer sur la fin.

Quel enseignement tirez-vous de cette course ?

C.A. : J'ai un peu le même sentiment qu'à Munich, en Coupe d'Europe. Je manque de fraîcheur sur la fin. Je ne parviens pas à accélérer. Je n'ai plus de jus. Je subis. Je me relâche même sur les derniers mètres. J'ai continué, mais sans grande conviction car je savais que ça ne servait à rien.

Le plateau était relevé. Cela doit vous motiver ?

C.A. : Oui, tout à fait. C'est pour cette raison que j'ai fait la course. Je savais que ça ne serait pas facile. J'étais tout de suite dedans. On ne peut pas dire que j'étais à la traîne après le départ. J'étais au contact et puis il y a eu cette fin de course sans saveur. Je suis quand même contente d'avoir fait cette course-là. Ca va un peu me libérer, je pense.

Vous êtes soulagée ?

C.A. : Oui, en quelque sorte. Bon, le chrono à l'arrivée n'est pas celui que j'espérais. Mais je suis heureuse d'avoir pu me comparer à ces filles-là. Au moins, après une telle confrontation, je peux réellement savoir où je me situe par rapport à elles. Je sais qu'avec plus de fraîcheur et plus de travail spécifique, je dois être mieux.

Quelle est la suite de votre saison ?

C.A. : Avec le temps que j'ai fait ce soir, je ne sais pas si beaucoup de meetings vont me réserver un couloir (rires). Ce qui est important pour moi maintenant, c'est premièrement de régler mes problèmes de sommeil qui font que je n'ai pas de jus, car ça commence à être vraiment pesant. Et deuxièmement, de m'entraîner.

Votre blessure au fessier vous a-t-elle gênée ?

C.A. : Non, même si c'est encore un peu douloureux. Je fais avec. Il y a des jours où j'ai plus mal. En Coupe d'Europe, j'avais ressenti une gêne. Là, ce soir, c'est le point positif car je n'ai rien senti. C'est la bonne nouvelle. A l'échauffement, en chambre d'appel, j'ai senti que je n'étais pas aussi bien qu'à Strasbourg. J'étais beaucoup plus puissante, mais moins dynamique et moins véloce qu'en Alsace. J'étais lourde au niveau des jambes. Le gros souci, c'est que depuis deux mois, je suis pénalisé par ces problèmes de sommeil. Je ne parviens pas à m'endormir. Je n'arrive pas à récupérer. C'est difficile.

Si un couloir se libère dans les prochaines grandes courses, le saisirez-vous ?

C.A. : Si, c'est à Rome, oui. Mais si c'est à Lausanne, ce sera non. C'est beaucoup trop tôt. Il faut que je me repose.

Publié dans Interview

Commenter cet article

lol 14/10/2007 05:30

et dire que j'étais chez son frére il y a quelques semaine sur une ville de basse terre en guadeloupe et je connais d'autres membres de sa familles tantes et oncles lol ! çà c un +   :-)

marie 21/07/2007 22:20

depuis elle nous a fait 11'23 au meeting de Reims... les minimas sont pour bientôt et pourquoi pas mercredi lors du meeting d'Herculis ;o))) Allez Christine on est avec toi !!!!