Interview

Publié le par Sébastien

20 août 2006

Une interview de Christine Arron après sa course au meeting "Résisprint"

Christine Arron, comment jugez-vous votre course ?

C.A. : Je me suis mal engagée. Je me suis relévée trop vite et je n'ai

pas pu prendsre de vitesse. Ensuite, c'est difficille de revenir. ça a

faussé la course, mais ce n'est pas si mal. Je n'ai fait que deux 

séances de sprint en trois mois et demi, mardi et jeudi ! Ma jambe

a un peu tiré, mais c'est normal, il faut que tout se remette en place.

On vous sent soulagée...

C.A. : Oui. Dans l'absolu, ce n'est pas une très bonne performance,

mais si l'on regarde d'ou je viens, moins de 11"40, c'est correct. Je ne

voulais sur-tout pas faire une saison blanche et sèche. J'aime la compétition

et je déteste rester sur un échec, qu'il s'agisse d'une blessure ou d'un

mauvais résultat. Je suis contente d'avoir pu recourir. On espère toujours

mieux, mais c'est un bon petit chrono de reprise, qui m'aurait ouvert les

portes de la finale à Göteborg. Le fait d'avoir techniquement raté ma course

est encourageant. Je sais que jepeux faire mieux.

Pourquoi donc courir à La Chaux-de-Fonds alors que le Super Grand Prix

de Monaco vous faisait les yeux doux ?

C.A. : Je n'ai pas encore le niveau requis pour la grande scène internationale. Je

voulais pouvoir me concentrer sur ma course sans pression, en toute tranquillité.

Le Résisprint correspondait à mes dates et, en plus, c'est un meeting sympa.

Dans un registre moins reluisant, les accusations de dopage à l'EPO

concernant Marion Jones vous surprennent-elles ?

C.A. : Non. Je n'ai jamais eu d'estime pour elle. Ca fait très longtemps que j'ai

des doutes ça ne date pas d'hier... En voyant toutes les disciplines

(100, 200, 4x100, longeur...) qu'elle alignait en restant superfraîche, on ne

pouvait pas ne pas se poser de questions... Elle a mis trois ans à revenir

après sa grossesse, on se demande bien ce qu' elle a fait pendant ce

laps de temps. Elle était dans le collimateur avec l' affaire Balco, puis ça

s'est  un peu calmé...  Et cette année, à la surprise générale, elle revient

à un très bon niveau...

On vous sent amère...

C.A. : Un journaliste de "L'Equipe" a écrit que même au mieux de ma forme,

jamais je n' arriverais à rivaliser avec la classe de Marion Jones. Sa classe...

Ca m'a vraiment choqué... J'étais blessée, dans mon coin, et on revenait

m'emm... avec elle ! En plus, je voyais le public s' enthousiasmer à nouveau,

alors que c'était juste une grosse blague...

Vous sentez-vous flouée par les "tricheuses" ?

C.A. : Quand on voit les filles qui sont devant moi dans les finales mondiales*

... Ces 10 ou 15 dernières années, certains athlètes étaient curieusement

protégés. Automatiquement, ça a pesé sur la carrière des autres, en terme

de médailles ou simplement de reconnaissance. Aujourd'hui, il semble

que les Etats-Unis aient décidé de faire le ménage. Jones, comme Justin

Gatlin, ont été pincés dans leur propre pays. La démarche est plutôt encourageante.

 

* = Christine Arron n'a directement perdu qu 'une médaille en raison de la

présence de Marion Jones, en 1997, ou elle avait terminé 4e des mondiaux. 

 

 

 

Publié dans Interview

Commenter cet article

EMILIEN Michel 18/09/2008 19:42

Bonjour,je suis un fan inconditionnel de Christine.Avec d'autres dirigeants de l'ASAF-Guadeloupe (Amicale Sportive Air France) nous avons contribué à la formation de Christine.Je considère qu'elle est la femme la plus rapide du monde, au regard de la fin tragique et déplorable des 2 autres (suivez mon regard).Je la remercie pour tout ce qu'elle a amené et qu'elle amènera encore à l'athlétisme GUADELOUPEEN !!!!! Français et mondial.JOYEUX ANNIVERSAIRE (avec un peu de retard).Michel EMILIENAncien Président de l'ASAF Guadeloupe