Interview

Publié le par Sébastien

19 août 2006

Dopage: Christine Arron en veut à Marion Jones

 

LA CHAUX-DE-FONDS - La Française Christine Arron a déclaré samedi "en vouloir" à Marion Jones. Elle estime que l'Américaine, contrôlée positive à l'EPO aux Championnats des Etats-Unis d'athlétisme, l'a privée de "beaucoup de médailles".

"Je peux lui en vouloir", a-t-elle déclaré dans un entretien accordé à la radio RMC et au journal L'Equipe, la veille de sa reprise sur 100 m dimanche à La Chaux-de-Fonds. "Tous mes résultats ont été minimisés par rapport à ça et même toute ma carrière. Ca fait beaucoup de médailles en moins, beaucoup de reconnaissance en moins."

Si la contre-expertise, prévue le 6 septembre, confirme l'analyse de l'échantillon A de Jones, seuls ses résultats obtenus après le 23 juin dernier, date de son contrôle, seront annulés.

Arron n'a directement perdu qu'une médaille à cause de la présence de Jones, en 1997, où elle avait terminé 4e du 100 m des Mondiaux-1997 remporté par l'Américaine. Elle a en revanche longtemps souffert de sa domination dans les réunions.

"Je n'ai jamais eu aucune estime pour elle, a ajouté la Guadeloupéenne. C'est une fille qui ne m'a jamais émerveillée et là encore moins. J'étais sûr qu'elle n'était pas toute blanche dans cette histoire, par rapport à son mari (le lanceur de poids CJ Hunter suspendu deux ans pour dopage) et Tim Montgomery (lui aussi suspendu deux ans). Je ne sais pas comment elle s'en est tirée."

La double médaillée de bronze aux Mondiaux-2005 sur 100 m et 200 m s'est par ailleurs félicitée de la fermeté affichée par les instances sportives américaines, trois semaines après l'annonce du contrôle positif à la testostérone du codétenteur du record du monde du 100 m Justin Gatlin.

"J'ai l'impression qu'il y a une volonté du sport et des instances américaines de moins protéger leurs athlètes, de faire les choses plus proprement, s'est-elle réjouie. Jones et Gatlin ont été contrôlés sur leur territoire donc il y a une évolution."

Romandie News

Publié dans Interview

Commenter cet article